You are here: Home // ACTUALITES, CULTURE, ECONOMIE, EDITORIAUX, INTERNATIONAL, OPINION LIBRE, POLITIQUE // SUR LES CENDRES DE LA RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN, NOUS BATIRONS UN ÉTAT INDÉPENDANT, LIBRE ET DÉMOCRATIQUE

SUR LES CENDRES DE LA RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN, NOUS BATIRONS UN ÉTAT INDÉPENDANT, LIBRE ET DÉMOCRATIQUE

LA RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN DOIT ÊTRE DÉTRUITE, AFIN DE CONSTRUIRE L’ÉTAT NOUVEAU, MODERNE ET DÉMOCRATIQUE QUE DEMANDE LE PEUPLE CAMEROUNAIS.

 

Car, perpétuation de l’administration coloniale allemande et française, instrument d’oppression et de maintien dans l’ordre colonial des «indigènes» ironiquement appelés citoyens, la République du Cameroun est l’organisation administrative d’un pré-carré français dirigé par des préfets de race noire, tous des «nègres de l’intérieur» (“house niggers”) .

 

La mission des préfets de cette république tropicale est de maintenir en place la vieille administration d’occupation fondée sur le maintien de l’ordre néocolonial, l’injustice, l’impunité, le favoritisme, la corruption, et le terrorisme étatique.

 

C’est pourquoi, après l’aristocratie des anciens bergers transformés en puissants commerçants (par pillage des banques d’État), militaires et gouvernants peuhls, fondée par Ahmadou Ahidjo, le premier préfet du pré-carré français appelé la République du Cameroun, le deuxième préfet Paul Biya impose, par l’impunité, le pillage du trésor public et le terrorisme d’État une aristocratie de militaires et de nouveaux riches bulu.

 

Un État néocolonial comme la République du Cameroun, fondée par une constitution à laquelle le préfet et ses «élites» ne se soumettent pas, et sur des institutions qui ne le sont que de nom (comme la justice et le parlement au service du préfet) n’est rien d’autre qu’une république bananière, une organisation qui procure aux maîtres français des gains faciles qu’ils n’obtiendraient jamais ailleurs : concessions pétrolières, minières, forestières et agriculturales privilégiées, marchés publics de gré à gré, corruption, vente des propriétés privées et communautaires arbitrairement classées propriétés de l’État, etc.

Enlever du pouvoir Paul Biya, qui n’est qu’un petit préfet de l’organisation maffieuse La Françafrique dirigée le gouvernement français, sans détruire l’État néocolonial, c’est-à-dire la République du Cameroun et son administration obsolète et pourrie, n’apportera aucun des Changements attendus par le Peuple Camerounais.

 

Souhaiter l’intervention de l’ONU, dont la France, puissance militaire mondiale, est membre permanent parmi les cinq, pour résoudre la «crise anglophone» devenue guerre civile et la crise postélectorale devenue crise des «prisonniers politiques», c’est laisser la France régler ces crises créées par son préfet Paul Biya suivant ses conseils.

Car, à travers ses résolutions, en tant que représentant de l’Afrique francophone, qui seront adoptées par les autres membres permanents du Conseil de Sécurité (États-Unis, Russie, Chine, et Grande Bretagne) – ce qui justifie les voyages de Paul Biya voyage en Russie et en Chine -, la France va imposer à travers l’ONU ses solutions et son ordre au Cameroun, mais aussi éventuellement son nouveau préfet, qui ne sera pas différent de Paul Biya ou d’Ahmadou Ahidjo.

 

La Diaspora camerounaise et le Peuple souverain du Cameroun doivent comprendre que

  • enlever Paul Biya du pouvoir n’est pas une solution permanente, et l’intervention de l’ONU ne sera pas une solution du tout dans notre quête de la paix et de la prospérité du berceau de nos ancêtres;
  • le Peuple et sa Diaspora sont une puissance politique, opérationnelle et financière qui, seule, peut stopper la France et son organisation étatique néocoloniale, anti-développement et terroriste, à savoir la République du Cameroun;
  • leur plus haut intérêt est de réunir leurs forces poue la lutte de libération de notre pays des griffes criminelles de la Françafrique et de sa République du Cameroun.

 

Le Conseil Camerounais de la Transition (CCT), conscient de cette réalité, ne se laisse pas distraire par la propagande et les shows du régime Biya, mais reste plutôt focalisé sur les deux objectifs essentiels à atteindre dans notre lutte, à savoir

(1) la chute du régime Biya maintenant, et

(2) la destruction de La République du Cameroun pendant la période de transition, durant laquelle un nouvel État libre et démocratique verra le jour avec l’adoption par le Peuple d’une nouvelle constitution et où l’administration actuelle d’occupation néocoloniale sera radicalement réformée et reconstruite en une administration moderne fondée sur les droits de l’homme et la justice.

 

Le CCT a déjà tous prêts :

  • son projet de Constitution devant mettre fin à la République du Cameroun, afin de créer un État libre, démocratique et tourné vers l’accomplissement de la prospérité et le bien-être de tous,
  • son projet de loi électorale devant mettre fin à l’immixtion de l’État et ses dirigeants dans le processus électoral, mettre en place des mécanismes assurant des élections libres et indépendantes, et assorti des clauses réprimant les crimes électoraux;
  • son plan de réforme radicale de l’administration publique néocoloniale actuelle, qui se fera service par service, direction par direction, ministère par ministère, afin d’aboutir à un système administratif moderne tourné vers l’exécution des objectifs de prospérité et de bien-être individuels et collectifs fondés sur la justice et le respect des droits humains; et
  • son plan des grands travaux d’investissements publics, nécessaires pour relancer l’activité économique par l’encouragement et l’incitation à la production nationale et le découragement des importations des produits.

Avec les patriotes du terrain et le soutien multiforme de la Diaspora, le CCT lutte pour mettre fin au régime Biya afin de libérer tous les prisonniers politiques actuels et se joindre à toutes les forces vives de la Nation camerounaise pour écrire une nouvelle page de l’histoire du Cameroun pendant une période de Transition, durant laquelle il soumettra ses projets et ses plans, tout en invitant toutes les autres organisations et personnes à faire de même.

 

Ce n’est qu’ainsi que l’État nouveau du Cameroun pourra être l’œuvre et la propriété de tous les citoyens camerounais.

 

Ce n’est qu’ainsi que le Peuple camerounais pourra devenir souverain et assurer sa souveraineté.

 

Pour l’intérêt supérieur de notre Peuple et de notre Patrie, il est donc urgent et indispensable que nous soyons tous unis sur l’objectif de la libération du Cameroun des griffes des «nègres de l’intérieur», Paul Biya et son régime, et de leur maître français.

 

Contribuez votre sacrifice patriotique, financièrement ou en vous portant volontaire, dans cette noble lutte, en suivant ce lien : https://cct-4f70cc.easywp.com/volontariat-volunteering/

 

Fait quoi, fait quoi, nous vaincrons.

 

Ndzana Seme, SG du CCT, 04/04/2019

Leave a Reply

Liens Web

Copyright © 2009 africanindependent.com. All rights reserved.
Designed by Theme Junkie. Powered by WordPress.