You are here: Home // SUITES // Biya doit se repentir et quitter le pouvoir, ou alors périr au pouvoir (suite de page 1)

Biya doit se repentir et quitter le pouvoir, ou alors périr au pouvoir (suite de page 1)

Pendant que Paul Biya semble frappé par un sort (divin) qui le démembre actuellement de ce qu’il compte comme « anges gardiens » pour sa sécurité, le Cameroun connaît des harangueurs de foules d’un genre nouveau. Ils arborent une caractéristique commune : ils ont le nom de Jésus sur leurs lèvres et battent campagne pour Paul Biya. Pour eux, Paul Biya est celui que « Dieu a mandaté », et qu’ils présentent comme «l’homme qui a sacrifié toute sa vie pour le bien-être des Camerounais ». D’autres ont organisé il y a trois jours une journée nationale de prières pour Paul Biya. Pourtant, subversif par essence, le message chrétien ne peut pas soutenir un dictateur. Examen.Le révérend Libom Li Likeng, co-président du comité d’organisation et modérateur de l’Epc, s’en est pris à l’élite administrative au pouvoir en termes de : « On est élite pour que toute la nation en tire bénédiction. C’est un modèle à suivre, un appel à dépasser le sens de l’égoïsme, de l’individualité pour que le ministre soit ministre  de la nation et non ministre d’une partie seulement de cette la nation, d’un village, dansé et célébré par les siens et à leur seul service. »

Au moment où, devant la gangrène de la corruption dans laquelle est plongé le pays, le gouvernement néocolonial a mis sur les lèvres de tous ses dirigeants la réponse selon laquelle les prisons du Cameroun sont pleines de dirigeants corrompus, le tir du pasteur Libom Li Likeng paraît comme un « cheap shot » (un coup facile), tant il ne visait pas l’élite suprême qui a institutionnalisé le système à l’origine d’autant de malédictions.

Malgré ces critiques du pasteur, les élites présentes n’ont pas manqué d’user de leurs appels de pieds, en envoyant leurs motions de soutiens déguisés à leur dieu Paul Biya.

Zacharie Perevet, le ministre de l’emploi, celui-là qui déclara à CRTV que le niveau actuel du chômage est de 14% au Cameroun, a prié pour le président de la République pour que le seigneur lui accorde des habiletés et des capacités exceptionnelles dans la direction des affaires de notre pays afin qu’il continue de protéger et garantir l’unité et l’intégrité de notre nation.

Le gouverneur de la région du Centre, Moïse Eyene Nlom, a prié pour que Dieu guérisse notre pays de tous ses maux et qu’il redonne le sens des valeurs positives, l’amour et le progrès aux Camerounais ; parce que la faute de tels maux revient évidemment, d’après ce gouverneur, aux Camerounais, et pas à Paul Biya, aux élites administratives et à lui-même. 

Le général Pierre Semengue, l’assassin historique qui ramena au sanguinaire Ahmadou Ahidjo la tête de Ossende Afana et qui est fier de déclarer qu’il aurait aussi assassiné Ni John Fru Ndi en 1992 si ce dernier était proclamé président de la république, a prié pour que le seigneur bénisse et fortifie nos forces armées qui s’apprêtent à célébrer leur 50e anniversaire à Bamenda.

D’autres imposteurs ont multiplié de telles insultes à Dieu

En plus d’une telle journée de prières adressées (à Jésus Christ ? à Dieu Yahvé ?), le Cameroun connaît des harangueurs de foules d’un genre nouveau. Ils arborent une caractéristique commune : ils ont le nom de Jésus sur leurs lèvres et battent campagne pour Paul Biya.

L’un d’entre eux, un fonctionnaire originaire du département de Mefou Akono, leader de l’un de ces centaines de partis politiques inconnus dits de la « majorité présidentielle » – il ne nous étonnerait qu’il soit l’un des sept que Woungly Massala traîna à Kondengui en 1994 pour tenter de nous convaincre de « ne plus écrire contre Paul Biya » – draine au quartier Nvan-Tropicana à Yaoundé des foules de milliers de désespérés, à qui il montre des miracles en se réclamant du nom de Jésus.

Son nom ? Tsala Essomba, fier d’être appelé docteur en naturopathie, pasteur, homme de dieu. L’exorciste soutient que Pius Njawe est mort pour s’être opposé au pouvoir établi. Celui de Paul Biya ! Que lui, tout comme un autre de ses confrères, Dieunedort Kamdem, supportent en lui demandant de se présenter aux élections de 2011. Pour lui donc, tous les Camerounais patriotes vont mourir comme Pius Njawe…

Et au nom de Jésus (?), « l’homme de dieu » Tsala Essomba monnaie toutes ses prestations religieuses et son ministère de guérison. Dans son sanctuaire, seule l’eau de table d’une entreprise de la place est couverte de grâce. Bénie par Tsala, cette eau est vendue contre espèces sonnantes et trébuchantes. Le décor, occupé essentiellement par des gorilles jouant un rôle bien théâtral pour lui donner de l’importance, et inspirer la crainte, et par de grosses corbeilles pour recueillir l’argent, dit tout sur ce faiseur de miracles. Il est le serviteur des honneurs terrestres et de l’argent, et non pas de Dieu
 

«Je lance un vibrant appel à tous les Camerounais, chrétiens ou non, à s’inscrire sur les listes électorales afin de voter pour le président Paul Biya à la prochaine élection présidentielle… Mon devoir est de soutenir le président de la République, que Dieu a mandaté. Et comme je sais que le président de la République œuvre pour la paix et que réellement il travaille pour la paix, je dois absolument le soutenir et demander à tous les Camerounais de bonne volonté de le faire», déclare-t-il au sujet de celui qu’il présente comme «l’homme qui a sacrifié toute sa vie pour le bien-être des Camerounais. Si aujourd’hui tout le monde suivait le chef de l’Etat et partageait sa vision, le Cameroun serait très loin. La vraie politique respecte l’autorité, donne des conseils, suit et supporte la vision du premier magistrat».

 

Pourtant, subversif par essence, le message chrétien ne peut pas soutenir un dictateur

A l’époque où nos héros nationaux indépendantistes et unionistes, Um Nyobé et les autres, étaient traqués, massacrés, exécutés et assassinés par les forces françaises et leurs suppôts du Cameroun, Paul Biya était d’abord l’étudiant qui gardait des distances troublantes par rapport à tout mouvement estudiantin, ensuite fonctionnaire depuis 1961 auprès du dictateur Ahidjo. Il s’agit donc d’un individu qui a cautionné l’assassinat de Um Nyobé, de Ossende Afana, de Ouandié Ernest, du Dr Félix Moumié, de tous les indépendantistes qui furent massacrés dans le Littoral, l’Ouest, les forêts Bassa, torturés et tués dans les centre de répression de Kame, de Fochivé et les centres de concentration de Tcholliré, Mantoum et autres.

Sur conseils de son « ange gardien », le colonel Avi Abraham Sivan aujourd’hui disparu, Paul Biya n’avait pas hésité d’ordonner en février 2008 le massacre des populations camerounaises non armées dans nos rues par les Bir. Il n’avait pas hésité de faire assassiner depuis 1988 les hommes de Dieu non armés, la preuve en étant son blocage des enquêtes sur leur mort. Il n’avait pas hésité de préparer, sur conseils du mercenaire français Paul Barril alors dans sa garde présidentielle et sous la coordination de son ami le camerouno-français Omgba Damase, le génocide des Anglo-Bamiléké qui menaçaient de prendre son pouvoir, avec notamment l’organisation depuis 1990 des milices tribales Beti et ses appels quotidiens à la guerre tribale répercutés à travers Crtv Radio Centre.

Quel homme de Dieu véritable peut-il, au lieu de demander à Paul Biya de se repentir pour ses péchés comme Jean le Baptiste le demanda à Hérode, le présenter plutôt comme un ange qui « travaille pour la paix », au moment même où les Camerounais vivent un enfer intérieur et environnant ?

L’insulte au Dieu tout puissant, Celui qui voit très bien et mieux que tous l’état désastreux où Paul Biya a conduit le Cameroun, est insupportable quand le dictateur néocolonial est présenté comme celui que « Dieu a mandaté », comme «l’homme qui a sacrifié toute sa vie pour le bien-être des Camerounais ».

Il n’y a pas mieux à citer ici, pour nous apaiser, que celui qui a eu les mots les plus appropriés à l’endroit de l’imposteur Tsala Essomba, à savoir l’abbé Janvier Nama, prêtre à l’archidiocèse de Yaoundé, qui dit :

« En plus, les sommes d’argent brassées lors de ses séances d’incantation, ses tentatives de collusion avec l’ordre temporel achèvent de disqualifier fortement l’identité prophétique dont il se revendique, entendu que le message chrétien est d’essence subversive. En vérité, j’ai la conviction qu’il n’est là que pour vampiriser les dernières énergies qui restent encore à ce peuple. En définitive, il me rappelle moins le prophétisme authentique que l’imposture.» 

Nous devons retenir que le message chrétien est d’essence subversive. Pourquoi ? Tout simplement parce que Jésus Christ est le subversif historique par excellence, devant l’une des dictatures les plus barbares que cette Terre ait connues, à savoir la dictature romaine et celle de ses complices locaux de l’église juive qu’étaient les pharisiens, les scribes et les aînés.

Ceux qui affluent au Cameroun auprès des faiseurs de miracles doivent bien s’assurer qu’ils ne se dirigent pas chez des pharisiens, des scribes et des aînés, et pire encore chez des Lucifer vêtus de la robe de Gabriel. « On reconnaît l’arbre par ses fruits », avait dit Jésus. Si un « homme de dieu » vend l’eau qu’il bénit, cela n’est-il pas suffisant pour reconnaître son fruit ?

Un jour, Hérode, le roi juif qui décapita Jean Baptiste et demanda la crucifixion de Jésus Christ, tout vêtu de sa robe royale et en plein discours public, tomba et fut mangé par les vers. De même, un Paul Biya qui ne s’est jamais repenti, mais qui s’accroche au contraire au pouvoir afin de maintenir le peuple camerounais dans la misère et la vermine, chutera sans nul doute et sera mangé par les vers.

Cela ne saurait tarder. Les signes nous le montrent déjà. Nous devons continuer de prier le Dieu Tout Puissant pour que, par ses puissances divines, Il s’occupe de neutraliser le tyran, comme nous le voyons heureusement tous aujourd’hui, afin d’éviter au Cameroun le bain de sang que ce dictateur prépare. Nous devons continuer de jeûner et de prier pour que le Cameroun soit débarrassé de tous les néocolonialistes au pouvoir.

Retour page 1

Leave a Reply

Liens Web

Copyright © 2009 africanindependent.com. All rights reserved.
Designed by Theme Junkie. Powered by WordPress.